François Klein
Demain, les mouettes

Samedi 19 décembre, 17h30 (durée: environ 30 min)
Conte-Performance
Entrée Libre

Aviez-vous  vu les étranges volatiles qui faisaient étape dans la Halle, avant de migrer vers une destination inconnue ? Ils ne révèlaient leur nature aviaire qu’en échange de quelques tours de manivelle, se camouflant en attendant sous des airs de machines issues d’un futur antérieur.
Ces œuvres à la fois stoïques et mobiles ont accueilli en cette soirée une poignée d’artistes aux pratiques diverses qui ont engagé le dialogue entre l’humain et la méta-machine. A la nuit tombée, l’installation prit une allure théâtrale : ombres projetées dramatiques, clairs-obscurs, cri lancinant d’une mouette perchée en hauteur… Des coins d’ombre sont sortis des marins-mécaniciens, un bateau illuminé, une conteuse amenant avec elle prince et princesse, et bien sur une volée de mouettes... 
C'est ainsi qu'a été célébré, en toute convivalité et bravant le froid, le finissage de l’exposition Demain les Mouettes et son grand succès public.

Avec Françoise Pecchiura (conteuse), François Klein, Pascal Zagari, Valentin Malartre,…

  

L'exposition 

Sculpteur plasticien, François Klein –né à Nancy en 1961, vit et travaille à Quieux-Le Saulcy près de Senones dans les Vosges- recycle et assemble des objets usuels pour en faire des machines sonores, petites ou grandes mécaniques aux parfums "Tinguelyens".

Faisant feu de tout bois, il privilégie les ressources de son environnement immédiat, les réserves de sa forêt, les matériaux d'usage courant, les objets de rencontre, les choses délaissées. De ces peu de choses il construit  son monde où naissent des séries de collections, sacs, gris-gris, échelles, jouets, gargouilles, masques, reliquaires, totems, insectes, sylphides, nichoirs, méta-machines, etc.
Son attrait pour les « valeurs sauvages » le mène souvent dans des environnements extérieurs naturels pour y construire des huttes, des nids, des cabanes, installer des moulins sur les ruisseaux, monter des éoliennes musicales.
Son itinéraire artistique reliant sculpture et paysage, architecture et mécanique, espace sonore et spectacle vivant trouve ici un prétexte idéal : son projet pour la Halle Verrière s’articule autour de l’envie d’une installation en rapport avec les exigences architecturales en présence.

A la Halle Verrière, il a installé 21 machines monumentales, fabriquées principalement en bois. Les visiteurs pouvaient - devaient, même!- les actionner grâce à des manivelles, pour les mettre en mouvement et en tirer des sons cristallins ou... animaux. Grâce à d'ingénieux systèmes, ces machines faisaient tinter des verres et siffler des tuyaux, créant une atmosphère poétique, irréelle et maritime. Du sable blanc (du silice extrait de la cave de la Halle, vestige de l'époque verrière) et des transats rayés ajoutaient au dépaysement.

Cette transposition du bord de mer dans la Halle évoquait un agréable paradoxe entre l'hiver rigoureux et les vacances, entre la mémoire laborieuse du lieu et les loisirs, l'évasion. Mais l'artiste y avait aussi glissé un message à portée écologique: l'arrivée des mouettes à Meisenthal résulte d'une réflexion sur le réchauffement climatique et la montée des eaux: et si, un jour, la mer atteignait Meisenthal? Fantaisiste, certes, mais symbolique...

 

Vue de l'installation à Metz en octobre dernier, photo (c) A. Fourrier

Le Cadhame était partenaire de la Nuit Blanche 2 à Metz, le 2 octobre 2009. A cette occasion, François Klein a présenté un avant-goût de son installation pour la Halle Verrière "Demain les Mouettes" au Foyer Carrefour. Les oeuvres présentées ont rencontré un franc succès auprès du public, qui fut très nombreux cette année.

 

 

haut bas
  • 15.11.2009 / mercredi, jeudi, vendredi : 10h-12h et 1...
    François Klein
    Demain, les mouettes
  • Galerie / 7 photos
    La performance du 19 décembre 2009
Abonnement newsletter